dimanche, juillet 3, 2022
Home Agriculture Variations des températures :: Les prochains jours, comme la dernière décade

Variations des températures :: Les prochains jours, comme la dernière décade

Par Label Enyengué

La raréfaction de la ressource en eau utile, la canicule vont poursuivre leurs impacts négatifs sur l’agriculture, la santé, l’environnement, la sécurité, etc., à en croire le bulletin décadaire de l’ONACC.

Certains quartiers de Yaoundé et Douala ont été arrosés par des averses il y a quelques jours et le ciel qui reste nuageux pourrait encore y libérer des pluies. Dans tous les cas, le bulletin décadaire de l’Observatoire National pour les Changement Climatiques (ONACC) est disponible. Pour la période allant du 11 au 20 janvier 2022, la tendance sera à la canicule et à la raréfaction des ressources en eau avec des conséquences néfastes dans les différents domaines de la vie des Camerounais.

Ainsi, il est signalé une diminution des rendements de certaines cultures tributaires de la disponibilité de la ressource en eau (hévéa, etc.), due à l’augmentation de la température maximale et de l’évapotranspiration dans les régions du Centre, du Sud, de l’Est, du Littoral et du Sud-Ouest; une raréfaction de la ressource en eau utile à l’irrigation des cultures maraichères, dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua, due à l’augmentation de l’évapotranspiration pendant les dix prochains jours ;des cas d’invasions acridiennes dans la zone soudano-sahélienne, avec pour conséquence une destruction des centaines de plantations; des cas de feux de brousses dans de nombreuses les localités dus au fort assèchement de la végétation.
Risques de cas de méningite à méningocoque dans la zone soudano-sahélienne
En santé, « risque élevé d’enregistrer:•une multiplication des cas de maladies d’origine hydrique (levures, amibiases, dysenterie, etc.) due à la mauvaise qualité des eaux de consommation dans les 05 Zones Agro-écologiques et particulièrement dans les zones précaires et les grandes agglomérations ;•une multiplication des cas de méningite à méningocoque dans la zone soudano-sahélienne, suite aux vents secs et poussiéreux; des cas de conjonctivite du fait des poussières présentes dans l’air; une recrudescence des épidémies et des cas de maladies respiratoires (grippe, toux, bronchite, rhume, crises d’asthme, etc.), à  cause de l’augmentation du nombre de nuits froides et à la présence des poussières dans l’air; une exacerbation des pathologies générales, chez les adultes, les personnes souffrant d’obésité, de rhumatisme, de l’hypertension, les enfants, les femmes en ménopause, les personnes souffrant du diabète, dans la plupart des localités du pays pendant cette période à cause de la forte chaleur.

La persistance des épisodes de froid nocturne induits par l’harmattan dans de nombreuses localités des Régions de Extrême-Nord, du Nord, de l’Adamaoua, de l’Est, de l’Ouest et du Nord-Ouest va dégrader et raréfier des pâturages déjà fragilisés par les inondations
observées pendant la saison des pluies et les feux de brousse.

Une recrudescence des cas de conflits entre éleveurs et agriculteurs à la recherche des pâturages et de la ressource en eau est possible
• La canicule va pousser à la migration de certaines espèces fauniques des Parcs vers d’autres espaces à la recherche de la ressource en eau, dans les Régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua; la possibilité d’enregistrer des brouillards matinaux dans les cinq zones agro écologiques aura pour conséquence une augmentation des cas d’accidents routiers ;un risque de dégradation de la santé végétale dans la zone soudano-sahélienne et dans la zone des Hautes savanes guinéennes : la perturbation du cycle végétatif de la flore par la forte sècheresse en sera la cause. ;
•Il sera noté une diminution progressive du niveau d’eau des nappes phréatiques, une diminution progressive du niveau d’eau dans les barrages et les retenues d’eau, avec pour corollaire une baisse du potentiel de production d’électricité ; des cas de destruction des poteaux de transport d’électricité, suite aux feux de brousse.

Une recrudescence des cas de conflits entre éleveurs et agriculteurs à la recherche des pâturages et de la ressource en eau est possible dans de nombreuses localités des zones soudano-sahélienne, des hautes savanes guinéennes et des Hauts plateaux, ainsi que la partie Nord de la zone forestière à pluviométrie bimodale; des cas de conflits entre les populations à la recherche de la ressource en eau dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua, du fait de l’assèchement progressif des points d’eau.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

fr_FRFrançais