samedi, août 13, 2022
Home Santé Paludisme :: Un nouveau tournant dans la lutte

Paludisme :: Un nouveau tournant dans la lutte

Une unité de recherche inaugurée au Centre Pasteur le 26 octobre dernier va permettre de prévenir les 11 000 décès que cause cette maladie chaque année au Cameroun.

Par Uppeg Samous

En 2020, selon les chiffres du Ministère de la Santé publique (MINSANTE), le paludisme a affecté 11 millions de Camerounais sur une population de 24 millions. 11.000 personnes en sont mortes, les enfants représentent 60% de ces décès. Le pays est dans la liste des 11 Etats les plus exposés à la malaria.

Dans la lutte contre cette maladie causée par causée par des parasites transmis aux personnes par des piqûres de moustiques femelles de l’espèce Anophèles infectés, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), aucun apport n’est de trop. Car, bien que ce soit un problème de santé publique au Cameroun, il reste cependant évitable et guérissable.

D’où l’accueil réservé à la plateforme dont la plaque commémorative a été dévoilée le 26 octobre dernier dans l’enceinte du Centre Pasteur de Yaoundé.
Plateforme dédiée prioritairement à l’étude des insectes affectant la santé humaine (entomologie), elle pourra se consacrer également à la recherche sur l’identification des moustiques et leur évolution dans le temps, à en croire Dr Sandrine Nsango.

Des recherches sur la transmission du plasmodium vivax (auparavant rare au Cameroun), les nouveaux candidats vaccins et les méthodes de lutte (moustiquaires, insecticides…) utilisées par les ménages s’y déroulent. La plateforme est le fruit de la coopération entre le Cameroun et la France. Le laboratoire  est logé dans un bâtiment financé par le gouvernement camerounais dans le cadre du contrat Plan, inauguré le 12 novembre 2019, par le Ministre de la Santé Publique lors des 60 ans du Centre pasteur du Cameroun. Sa viabilisation a été possible grâce aux financements de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) dont les journées internationales ont fait germer l’idée de la création de la plateforme. Les présences de Dr. Jean Marc HOUGARD, représentant de l’Institut de Recherche pour le Développement en Afrique centrale, Christophe GHUILOU, l’ambassadeur de France au Cameroun et du directeur du Centre Pasteur du Cameroun aux côtés du MINSANTE, Manaouda Malachie, lors de la cérémonie d’inauguration de la plateforme renseigne à suffisance sur cette coopération.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

fr_FRFrançais