lundi, octobre 3, 2022
Home Exploitation forestière : trois « T » pour sauver les forêts du bassin du Congo
Array

Exploitation forestière : trois « T » pour sauver les forêts du bassin du Congo

La note du futur projet trilatéral Tropical Timber Trade facility pour le commerce des bois tropicaux légaux et durables a été signée le 22 septembre à Yaoundé.

Par Adrienne Engono Moussang

Hervé MAIDOU et son excellence Corinna FRICKE échange les documents

Le futur projet trilatéral Tropical Timber Trade facility (TTT) Afrique centrale, Chine et Europe œuvrera pour la gestion durable des forêts d’Afrique Centrale.  Il bénéficie de l’appui du ministère fédéral allemand de la Coopération   économique et du développement (BMZ).  La note du projet a été signée par le secrétaire exécutif de la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (Comifac), Hervé MAIDOU et son excellence Corinna FRICKE, ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Cameroun, le 22 septembre 2022 au siège de la Comifac à Yaoundé au Cameroun. Le TTT sera mis en œuvre par la Coopération Technique Allemande GIZ.

Le rôle des forêts dans la lutte contre le réchauffement climatique n’est plus à démontrer. Voilà pourquoi: « lors de la récente COP26, sous l’impulsion de la République fédérale d’Allemagne, une dizaine de pays donateurs se sont positionnés pour une allocation financière de 1,5 milliards de dollars soit 983 milliards de FCFA en faveur des forêts du bassin du Congo. Ceci fait en l’espace d’un mois un engagement pour une dotation totale de 1066 milliards de FCFA pour le bassin du Congo », a indiqué, pour se réjouir, le ministre des Forêts et de la Faune du Cameroun. Jules Doret Ndongo, par ailleurs, président en exercice de la Comifac, dressait le bilan de la participation de cette entité à la Cop26 tenue à Glasgow en Ecosse en 2021.

Dès 2023, l’exportation des grumes ne sera plus qu’un souvenir dans cet espace.

Sauf que, l’exploitation des forêts de la Comifac ne profite pas aux populations à cause des pratiques d’illégalité qui y ont cours. Par exemple : « Selon l’ATIBT (Association technique internationale des bois tropicaux), sur 55 millions d’hectares de concessions forestières en Afrique centrale, 18% sont vérifiées légales ou certifiées.60 à 80% des exportations de bois et de produits bois sont à destination de la Chine. Ces bois et produits bois une fois arrivés en Chine sont transformés en produits finis qui sont vendus dans le pays et sur les marchés internationaux. Annuellement, en Chine, les importations de bois tropicaux issus des pays d’Afrique centrale oscillent autour de 7 à 10 millions de m3 », renseigne la Comifac. De quoi annihiler les efforts de gestion durable de la biodiversité entrepris entre les pays d’Afrique centrale et l’Union européenne, l’Allemagne et le Royaume Uni. La Chine va finalement s’aligner et se munissant d’une nouvelle réglementation en 2020 pour encourager le commerce des bois légaux ; d’où son implication dans le futur projet TTT.

grumier chargé de billes de bois

Des efforts louables, même si d’autres acteurs entrent en scène; le cas du Vietnam, cité dans un rapport conjoint du Centre pour l’environnement et le développement (Ced) et de Environmental Investigation Agency (EIA) dénommé « Bois volé, temples souillés : les conséquences néfastes du commerce du bois entre le Cameroun et le Vietnam sur les populations et les forêts camerounaises », Ledit rapport révèle que le fisc camerounais a enregistré 308 millions de dollars US, soit 176,5 milliards de FCFA non déclarés lors des exportations des bois  vers le Vietnam entre 2014-2017.

Le projet TTT s’inscrit dans la série de mesures prises par la Comifac pour lutter contre l’exploitation illégale du bois ; dès 2023, l’exportation des grumes ne sera plus qu’un souvenir dans cet espace.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

fr_FRFrançais