dimanche, juillet 3, 2022
Home Recherche et Innovation Dr Augustin Simo :: « Nous assurons le suivi dosimétrique des travailleurs...

Dr Augustin Simo :: « Nous assurons le suivi dosimétrique des travailleurs exposés aux rayonnements ionisants »

Le directeur général de l’Agence nationale de radioprotection a saisi l’occasion de la visite de la ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation pour parler des réalisations de cette structure.

Adrienne Engono Moussang

Que retient-on de la visite entreprise le 14 juin dernier à l’Agence nationale de radioprotection par la ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation ?

La ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi) organise régulièrement les visites de travail dans les structures sous-tutelle du Minresi. Aujourd’hui c’était le tour des Arnp, et c’est sa première visite dans cette structure. L’Arnp est fonctionnelle depuis 2007 mais n’était pas encore réellement installé sur un site approprié. Ce n’est que récemment que nous nous sommes installés au quartier du Lac à Yaoundé avec le nouveau bâtiment qui viennent d’être construit. La ministre est venue apprécier les conditions de travail, voir ce que nous faisons, nos difficultés, nos perspectives et instruire. C’est quand elle descend sur le terrain qu’elle touche du doigt les réalités de la structure et peut mieux comprendre certains rapports et même certaines doléances qui lui sont transmis.

Pouvez-vous nous parler de l’importance de la structure dont vous avez la charge ?

L’utilité de l’agence est évidente. On utilise des rayons X au Cameroun dans des services de radiologie médicale, on en utilise dans des scanners, dans les services industriels. On utilise aussi des sources radioactives pour contrôler les soudures. Pour toutes ces utilisations que ce soit les rayons X ou des sources radioactives, elles doivent être sous contrôle, sinon le premier risque pour ceux qui les manipulent c’est le cancer. C’est pour cette raison pour laquelle le président Paul Biya a institué cette agence et lui a donné pour mission de contrôler l’utilisation sûre et sécurisée des sources de rayonnements ionisants.

Parlez-nous des principales réalisations de l’Arnp.

Nous avons déjà inventorié tous les établissements qui utilisent les sources de rayonnements ionisants. Ils sont plus de 600, ainsi que tous les travailleurs qui peuvent être exposés dangereusement à cause de leur travail quotidien.

Là, on en a plus de 800. Nous assurons le suivi dosimétrique de ces derniers c’est-à-dire que nous leur distribuons des dosimètres qu’ils portent pendant leurs heures de travail et par mois nous évaluons pour savoir si l’exposition n’a pas dépassé les limites qui sont prévues. Nous réalisons aussi des inspections en passant régulièrement dans tous ces établissements pour voir s’ils respectent la réglementation en vigueur en matière de radioprotection et pour nous rassurer que le public qui visite ces établissements ne peut pas être exposé au rayonnement ionisant.

Nous parcourons aussi tout le territoire national pour voir s’il n’y a pas de sources radioactives abandonnées ou sans contrôle. En 2016, nous avons rapatrié trois sources radioactives qui étaient utilisées (deux par des hôpitaux pour le traitement du cancer et une source dans un laboratoire d’université). Ces sources étaient devenues inutilisables et désormais considérées comme des déchets. Le Cameroun ne disposant pas des moyens nécessaires pour traiter ce genre de déchets surplace, nous avons négocié avec la coopération internationale pour les rapatrier dans leurs pays d’origine.

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

fr_FRFrançais