lundi, octobre 3, 2022
Home Alerte : la qualité du cacao menacée de dégradation à cause des pluies
Array

Alerte : la qualité du cacao menacée de dégradation à cause des pluies

Le bulletin décadaire de l’Onacc prédit aussi des coulées de boues et des risques de décès par noyade sur certains sites au Cameroun pour la période du 21 au 3à septembre 2022.

Par Waren Aboka

A l’exception de l’Extrême-nord et du Nord qui connaîtront une augmentation des températures maximales (entre 30 et 37°C) du 21 au 30 septembre, les précipitations seront en augmentation sur le territoire national. A cet effet, le bulletin décadaire d’information produit par l’Observatoire national sur les changements climatiques (Onacc) donne une alerte sur les différents secteurs (agriculture, pêche, élevage, environnement, travaux publics, la santé, eau et énergie, etc.)

L’on le sait bien : dans certaines familles essentiellement agricoles, c’est après la vente de la première cueillette du cacao, généralement en fin septembre, que la majorité d’enfants reprennent le chemin de l’école. Ces ventes risquent cependant de ne pas être assez fructueuses pendant cette décade (21 au 30 septembre 2022). Pour cause, de fortes pluies tombent, quelque fois à l’improviste, les producteurs de cacao éprouvent des difficultés à sécher les fèves dans les régions du Centre, de l’Est et du Sud. Ce qui va causer la dégradation de la qualité de ces fèves et par-là même, la chute des prix. Les cabosses n’en seront pas épargnées dans la mesure où les pluies vont diluer les produits phytosanitaires qui seront pulvérisés. Une menace sur les ambitions du Cameroun qui veut produire 640.000 tonnes de fèves d’ici 2030. L’augmentation des précipitations va aussi affecter les cultures vivrières dans les champs surtout dans les régions du Nord-ouest et de l’Ouest où les pluies seront accompagnées de vents violents et des grêlons et exposer les populations à des pénuries et à la vie chère.

cacaoyer (image d’archives)

Les inondations vont se poursuivre et pourraient causer des pertes des cultures, de bétail et des vies humaines.  Les décès pourraient aussi survenir suite aux coulées boueuses et aux glissements de terrains dans les régions montagneuses et celle des plateaux ; ainsi, les villes de Douala, Limbé Buea, Kribi, Mouanko, entre autres, pourraient en être affectées. Les routes pourraient être dégradées et les chantiers de construction des ouvrages pourraient être menacés d’arrêt.

Les pluies diluviennes auront aussi un impact sur la santé des humains parce que les nappes d’eau et l’eau de ruissèlement seront contaminées, et favoriser la survenue d’autres épisodes de choléra et bien d’autres maladies hydriques.

L’Onacc recommande la poursuite des campagnes de vaccination contre le choléra et le COVID-19. L’Observatoire national sur les changements climatiques suggère également que la veille soit renforcée dans les formations sanitaires pour la détection rapide des cas de choléra pour une prise en charge rapide et adéquates.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisment -

Most Popular

Recent Comments

fr_FRFrançais